L’enfance de l’œil

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on PinterestEmail to someone

Petit à petit, l’enfant affine sa capacité à regarder ce qui se présente à lui.
Comme il n’est pas toujours en mesure de savoir si ce qu’il voit est satisfaisant, normal ou insuffisant,
c’est le rôle de l’adulte de veiller sur la qualité (et l’éventuelle correction) de sa vision.

Pendant la grossesse

Dans l’obscurité du ventre maternel, le fœtus n’a pas grand-chose à observer, alors même s’il dispose de ses yeux depuis le 5ème mois de la grossesse, il priorise ses autres sens, et il attend les environs du 7ème mois pour se montrer sensible à la luminosité.
Les stimuli qui bonifient : pour que le futur nourrisson puisse témoigner, par une accélération de son rythme cardiaque, qu’il perçoit bien les ombres et les nuances, on place une vive source de lumière face à lui, de l’autre côté du ventre.

De 0 à 3 mois

Tout juste né, un nourrisson ne voit pas plus loin que le bout de son nez (18 à 20 cm), et cette portée de vue passe du simple au double durant les semaines qui suivent la naissance. Côté coordination, le regard affiche un air loucheur, ne faisant dévier qu’un œil à la fois, tantôt vers l’intérieur, tantôt vers l’extérieur.
Les stimuli qui bonifient : pour dégourdir la vue du bébé,
on place des miroirs et des objets mobiles à proximité directe de son berceau, et on le regarde dans les yeux : ça lui donne envie de faire pareil.

De 4 à 6 mois

Le regard affamé de découverte, le tout-petit ne lésine pas sur l’activation des cellules chargées de lui faire détecter les couleurs, et les motifs. Mobilisant ses pupilles avec davantage d’habileté, il commence à zapper entre le proche et le lointain et à assimiler les notions de distance, de relief et de volumétrie. Il est particulièrement attiré par les tonalités primaires (rouge, bleu et jaune).
Les stimuli qui bonifient : buffet à volonté d’objets de tailles, de couleurs et de formes différentes ; grimaces et expressions en tout genre et à gogo.

De 6 à 12 mois

L’heure est à la mobilisation d’un commun accord, et les deux yeux du bébé le conduisent sur la voie de la 3ème dimension. De plus en plus physionomiste, il est à même de chercher les choses et les gens du regard, et de faire la distinction entre ce qu’il découvre et ce qu’il a déjà vu.
Les stimuli qui bonifient : plus il joue, mieux il voit ! Alors on l’encourage à remplir, à vider, à empiler et à trier, on cache ses jouets pour qu’il s’amuse à les retrouver, et on lui fait crayonner ce qui lui passe par la tête.

De 1 à 2 ans

Même si son acuité visuelle n’est pas encore parfaite et que sa perception des contrastes est encore nuancée, l’enfant maitrise de mieux en mieux sa vision à distance. Il nous voit aisément venir à plus de six mètres, et il s’intéresse de près comme de loin à tout ce qui se trame dans un livre ou à ce qui se passe par la fenêtre.
Les stimuli qui bonifient : qu’on se trouve chez soi, dans les transports ou dans les magasins, on lui apprend à dévorer ce que racontent les images dans les moindres détails, et on part à la chasse aux objets, aux matières et aux couleurs.

De 3 à 5 ans

L’œil est parvenu à maturité : vision et motricité s’entendent à merveille, et l’observation se fait fine. Si bien que, même si l’enfant ne déchiffre pas encore tout à fait les histoires qu’on lui raconte, il est parfaitement capable de corréler les images avec la narration.
Les stimuli qui bonifient : en dehors des bancs de l’école, le terrain de jeu d’une vision bien travaillée se remplit de casse-tête chiffrés, de petits détails cachés dans des images compliquées, et de personnages qu’on invite l’enfant
à dessiner de la tête aux pieds.

De 6 à 7 ans

L’enfant discerne les contrastes aussi bien qu’un adulte, mais sa perception des reliefs n’est pas encore entièrement rôdée.
N’en déplaise à la concentration et à la curiosité, il faut
encore grandir et patienter quelques années pour que la vision atteigne le sommet de son acuité.
Les stimuli qui bonifient : lire, écrire, compter, observer, décrire et expérimenter.

 

Vers 15 ans, l’acuité atteint  son maximum avec 14/10éme.  Il possède sa vue d’adulte.

En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience. En savoir plus Ok