Quand l’œil et le cerveau travaillent de paire

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail to someone

Le saviez-vous ?

La prédisposition à être gaucher ou droitier dépendrait d’abord de la domination d’un œil sur l’autre et donc du travail de l’hémisphère cérébral correspondant.

Des chercheurs ont démontré que le cerveau traite en priorité les informations provenant d’un œil, l’œil directeur. Car oui, si nos deux yeux se ressemblent, ils n’ont pas la même fonction. L’œil directeur permet de définir l’axe de la vision. Il est ainsi souvent assimilé à l’œil de visée, utilisé prioritairement lors de la pratique de sports comme le tir à l’arc, le biathlon ou le billard. Sans être un adepte de ces activités, il est facile de s’en rendre compte. Instinctivement vous allez en effet toujours choisir le droit ou le gauche pour regarder dans un microscope, un télescope ou le trou d’une serrure. L’autre œil est quant à lui complémentaire. Il permet au cerveau, grâce à la superposition de deux images issues des deux lobes oculaires, de recréer une perspective en trois dimensions. 

 

C’est vrai ?

À l’image des empreintes digitales, chaque personne possède une empreinte visuelle unique.
Elle se définit par l’anatomie de vos yeux, la distance entre chacune de vos pupilles, l’alignement de vos yeux ou leur écart avec votre nez et enfin votre œil directeur.

C’est pour cela que votre opticien procède à toute une série de mesures pointues dans le but de commander pour vous des verres personnalisés tenant compte de tous ces paramètres.

Votre confort visuel se doit d’être total !

En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience. En savoir plus Ok