Conseil prévention : Rayons solaires

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Pin on PinterestEmail to someone

Le soleil ne se contente pas de vous donner bonne mine, de vous gonfler le moral et de vous nourrir en vitamine D. Il vous inonde aussi de rayons ultraviolets éblouissants, nocifs et plus ou moins réverbérés.
Pour vous épargner des lésions dangereuses et vous protéger efficacement, prenez soin de vous en tenir aux bons repères et de vous focaliser sur les verres les plus performants.

Verres polarisants

Une technologie imparable contre l’éblouissement.
Lorsque la lumière du soleil est réverbérée par son environnement (sable, eau, béton, asphalte ou neige), elle se retrouve « polarisée », c’est-à-dire projetée dans deux directions. La projection verticale, qui permet à l’œil de percevoir couleurs et contrastes, se retrouve alors brouillée par une projection horizontale génératrice de reflets gênants.
Grâce à une technologie spécifique intégrant un filtre qui barre la route à la quasi totalité des reflets parasites, les verres polarisants renforcent considérablement l’action d’une monture solaire basique (qui protège uniquement de l’éblouissement direct) tout en rétablissant un confort visuel optimal et sécurisant.

 

Verres photochromiques

Parfaits pour passer de l’ombre au soleil.
Parce qu’ils sont conçus pour s’assombrir automatiquement en cas de rayonnement, les verres photochromiques (qu’on appelle aussi « à teinte variable ») permettent aux porteurs de lunettes (et particulièrement aux sportifs) d’éviter d’avoir à jongler en permanence entre leur monture habituelle et leur paire de solaires, et de résister aussi bien à l’éblouissement qu’aux UV.
Leur propriété photochromique provient d’un traitement photosensible qui peut s’appliquer à tous les types de verres (y compris progressifs) et de correction, et qui peut être renforcé par un traitement anti-reflets, anti-rayures ou anti-salissures. Grâce à sa technologie, dès que les UV rayonnent, les liaisons dans les molécules se brisent, et le verre s’assombrit (plus le rayonnement augmente, plus la nuance s’intensifie), avant de revenir à sa teinte d’origine dès qu’il n’est plus exposé aux UV.

En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience. En savoir plus Ok